Bilan : 15 jours au Myanmar

Nous avions beaucoup entendu parler de la Birmanie, pays d’Asie du Sud-Est qui semblait encore assez préservé, puisqu’ouvert au tourisme depuis peu… et bien que nenni ! Après notre mois en Chine, où nous étions quasiment les seuls occidentaux, nous voici entourés d’une horde de touristes (majoritairement français et allemands). Une grande partie du pays étant encore interdite aux étrangers ou fortement déconseillée, tout le monde se rassemble sur les mêmes points d’intérêt, finalement assez peu nombreux. Même si nous étions en début de saison (novembre), nous avons vraiment subi de plein fouet ce tourisme « de masse » à certains endroits (à Bagan en particulier). A posteriori nous pensons qu’il n’y a pas tant de monde que ça, bien moins qu’en Thaïlande par exemple, mais nous ne nous y attendions pas…
Nous avions prévu d’y passer 3 semaines, nous ne sommes finalement restés que 15 jours. Au final, nous aurions préféré y aller en vacances classiques plutôt que de l’inclure dans notre trip. Nous aurions probablement moins ressenti le manque d’authenticité (que nous attendions ici en mode backpack) en visitant le pays avec un budget vacances, bien plus confortable 😊

Notre bilan du Myanmar est donc en demi-teinte, car les paysages sont absolument magnifiques et uniques, et nous en avons quand même pris plein les yeux ! Nous ne regrettons pas, pour autant, d’avoir traîner nos guêtres dans ce superbe pays 😎

Allez hop, on vous balance notre ptite vidéo du Myanmar pour vous faire une idée 😉

Notre Itinéraire pour 15 jours

  • Mandalay
  • Bagan
  • Kalaw
  • Inle Lake
  • Kalaw
  • Hpa-An

Nos Coups de cœur

Nous avons adoré le Sud Ouest du Myanmar (la région de Hpa-An) avec ses paysages de montagne et ses plans d’eau.
Nous avons également beaucoup aimé les temples de Bagan ! Qui pourrait reste insensible à de tels paysages ? Malgré les nombreux touristes, ces images resteront gravées dans notre tête !
Notre trek de 3 jours entre Kalaw et le lac Inlé, à travers la campagne laotienne est aussi un très bon souvenir, de beaux paysages et de belles rencontres.

Budget

En 15 jours nous avons dépensé 950900 MMK (soit 592,41€ avec un taux en novembre 2017 de 1€ = 1600 MMK) pour 2 personnes, ce qui fait donc un budget jour de 19,7€ par personne. On s’était fixé 25€ max, on a donc plutôt bien géré le budget pour ce pays, ce qui nous permettra de faire un peu d’extra en Thaïlande (où nous n’avions pas prévu de rester au départ).
De nouveau, les prix ont un peu augmenté par rapport à ce que nous avions lu sur plusieurs blogs datant de fin 2016 ou même du début d’année. De façon générale il n’est pas de coutume de marchander les prix, à part dans les marchés. Nous avons vraiment fait gaffe à notre budget et finalement vraiment réduit les coûts, un peu trop pour Sky peut-être 😜

Voici quelques exemples de prix au moment de notre voyage :

  • Prix d’un fried rice ou fried noodles : entre 1500 et 2000 kyats
  • Prix d’un repas dans un restaurant moyenne gamme: 4000 – 5000 kyats
  • Prix d’une bière locale : 1000 kyats (2500 kyats pour une grande), parfois 800 kyats en pression
  • Prix d’une bouteille d’eau : 300 kyats la petite bouteille.
  • Prix d’une lessive (le prix est souvent à l’article) : environ 300 kyats l’article
  • Prix d’une chambre double correcte : entre 20000 et 30000 kyats la nuit
  • Frais bancaire à chaque retrait : 5000 kyats (retrait max de 300000 kyats)

Tout se paye en cash, hors hôtel luxueux. Beaucoup de tarifs dans l’hôtellerie vous sont donnés en dollars, mais il n’est quasiment jamais possible de payer avec la monnaie de l’Oncle Sam, c’est super pratique n’est ce pas ? … alors à vos calculatrices !!

Différences culturelles et sujets d’étonnement

Quelques points en vrac, de ce qui nous a le plus étonné ou qui tranche franchement avec nos coutumes franco-françaises !

A l’arrivée à l’aéroport une chose nous marque immédiatement : la chaleur ! Surtout comparé à la Chine où nous étions en blousons. Ici il fait minimum 30 degrés à l’ombre et le soleil brille. La chaleur est écrasante en milieu de journée.
2ème chose : Alleluiaaaaa ! Les gens parlent anglais !!! Ça nous a tellement changé la vie de pouvoir échanger ne serait ce que 3 mots avec un serveur, un taxi ou un gérant d’hôtel ! Effectivement quasiment tous les birmans connaissent au moins quelques mots d’anglais et peuvent répondre à quelques questions simples. Beaucoup d’entre eux parlent vraiment bien anglais.

Fashion attitude

Étonnement une grande majorité des gens ici, hommes comme femmes, portent le longui ; sorte de longue jupe serrée, qu’ils nouent autour de leur ventre. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, pour les hommes, ça ne donne pas du tout un aspect efféminé mais plutôt un côté guerrier, en revanche ça n’est pas toujours super pratique comme tenue, surtout lorsque l’on passe sa vie sur un 2 roues ! Le passager s’installe donc en amazone lorsqu’ils doivent prendre le scooter à deux.

Le secret beauté des jeunes femmes, mais également de certains jeunes hommes ou femmes plus âgées est le tanaka : une sorte de pâte blanche/jaunâtre utilisée pour protéger la peau du soleil mais aussi pour « se blanchir » la peau. En Asie, le fait d’avoir la peau blanche est souvent considéré comme un critère de beauté. Le tanaka est étalé sur le visage, la plupart du temps au niveau des pommettes, en forme de feuille, de rond ou juste sans technique particulière. Il peut parfois être appliqué de façon totalement aléatoire, en fonction de l’humeur de chacun 😉

Les birmans ont le sourire mais celui-ci est teinté de rouge pour la grande majorité des hommes qui chique le bétel à longueur de journée (une drogue douce aux effets grisants, qui fait le mix entre cigarette et dentifrice). Ça sent hyper bon le menthol ! Mais inutile de préciser que c’est évidemment franchement nocif pour la santé, une des composantes étant de la chaux… Le bétel colore les dents et les gencives en rouge assez rapidement, en particulier lorsqu’on en consomme tous les jours. Certains hommes sont donc un peu stone et vous verrez un peu partout de longues traînées rouge sur le bitume : crachats de ces messieurs 🤭

Les birmans vivent en tongs ! Ils courent en tongs, font de la rando en tongs, jouent au foot volley en tongs et escaladent même avec des poteaux électriques pour réparer le réseau ! Nous pensons qu’ils sont sortis avec du ventre de leurs mères ! Leur dextérité est juste incroyable !!

La nourriture

Dans l’ensemble on a vraiment bien mangé, contrairement à ce qu’on avait pu lire sur tout un tas de blogs. Chanceux ou pas, on n’a même pas été malade ! 😋
Comme c’était le cas en Chine, tous les mets sont posés au centre de table et chacun pioche ce qu’il veut. Le concept d’un plat unique par personne n’est vraiment pas la norme.

On vous a préparé un article dédié pour vous dévoiler quelques spécificités culinaires birmanes.

Vie quotidienne

Nous avons observé une vraie différence entre grosses villes et campagne. Nous n’avons fait que Mandalay comme grosse ville, mais l’écart entre le milieu urbain et la ruralité est vraiment important. Le fourmillement humain à Mandalay nous a rappelé Bangkok que nous n’avions pas trop appréciée. Nous retrouvons ici ce que nous n’aimons pas trop dans plusieurs grosses villes asiatiques : le bruit et le manque d’hygiène ambiant. Les marchés de rue par exemple, où les poissons attendent en plein cagnard que quelqu’un daigne les manger (pas nous en tout cas ! 🤮), les détritus qui jonchent les rues, la circulations aléatoire et extrêmement bruyante… le bordel quoi 😉. Alors que la campagne est beaucoup beaucoup plus calme, mais pas franchement plus propre! Globalement le pays nous a paru assez sale. Il ne semble pas y avoir de collecte de déchets (en campagne en tout cas) et on trouve de nombreuses décharges sauvages un peu partout.

Alors qu’en ville on voit pas mal de gens « traîner » le nez en l’air à faire on ne sait quoi, à la campagne, les homme et les femmes travaillent comme des acharnés. Les travaux de ferme et en particulier de culture du riz sont extrêmement durs… nous n’avons pas vu beaucoup de personnes âgées de plus de 60 ans 😰

Il y a un nombre incalculable de chiens errants, partout, tout le temps, souvent en meute de 4 ou 5 chiens. Il y a également de nombreux chiots. Même si les birmans font très attention aux chiens, ils sont nombreux à être en mauvais état, probablement tapés par des véhicules et sûrement plein de tiques et de puces. Mais ils ne sont pas méchants, ils vivent simplement leur vie et hurlent à la mort en pleine nuit 😴

S’il y a bien 1 truc qui nous a étonné… ce sont les LED ! Les quoi ?! Bah les lumières LED multicolores, horribles, que personne n’utilise à part pour tuner sa caisse… et bien les birmans, ils les utilisent pour illuminer leur bouddhas !!! Mais pourquoi font ils ça ?!?! 😱😱 On a toujours pas compris… mais on s’est dit que peut-être ça pouvait être considéré comme un signe de richesse que d’avoir de l’électricité, et colorée en plus mon bon monsieur ! Ou alors, ce serait pour éclairer la vie de bouddha dans ces grottes sombres… on cherche encore si vous avez des idées ! 🤓

Pied de nez à la sécurité routière…

La majorité des birmans se déplacent en deux roues, évidement… nous sommes en Asie ! 😉 En tongs (of course), sans casque, à 2, à 3 ou à 4 selon le gabarit ! (Plus on est de fous, plus ont rit n’est-ce pas ?! Y’aurait bien une ptite place pour le nourrisson là ?!). Mais contrairement à la Chine où à la Thaïlande, les voies ne sont pas aménagées : il n’y a ni passage-piéton, ni marquage au sol et quasiment aucun feux de signalisation, c’est Le No man’s land géant de la sécurité routière ! Les mecs roulent à contresens régulièrement et chacun s’arrête quand il a envie, puisque de toute façon, il n’y a aucune signalisation… On ne vous raconte pas le bazar pour traverser en tant que piéton !

Pour compléter le tableau, le gouvernement a décidé il y a quelques années de changer les voies de circulation : les birmans qui conduisait à gauche doivent donc maintenant conduire à droite… mais… avec le volant à droite bien sûr, c’est tellement plus simple pour doubler !! Évidement les gens n’avaient pas forcément les moyens de changer de véhicule, certains ont donc le volant à gauche et les autres à droite !

Les transports

Les trains ici étant aussi rapides que des tortues avec un boulet au pied, nous avons majoritairement pris des bus pour nous déplacer. Le réseau est plutôt bon, que ce soit en mini bus ou en bus. Les tuktuk permettent facilement et pour pas cher de se déplacer sur des trajets courts (en particulier si vous partager les frais avec quelques comparses). Comme on pouvait s’y attendre la « non organisation » birmane nous a valus quelques retards, mais rien de bien méchant. Une fois que tu le sais… tu comptes systématiquement 30min de plus et hop t’as la bonne heure ! Bien sûr, ça ne fonctionne que quand le mec est à l’heure, parce que sinon faut bien rajouter une p’tite demi heure supplémentaire, le temps qu’il aille s’acheter quelques fruits au marché ou qu’il passe voir un pote 😜

Égalité homme – femme, on en parle ?!

Clairement, au Myanmar, y’a que les femmes qui bossent ! Plus sérieusement, comme nous l’avions déjà observé en Chine, beaucoup de travaux de force sont réalisés par les femmes. Elles portent des charges énormes sur leur dos et sur leur tête également.

Nous avons eu l’occasion de discuter avec la guide lors de notre trek et nous avons pu comprendre un peu mieux l’organisation familiale au Myanmar. Ce sont souvent les femmes qui rapportent à la maison la plus grosse partie du butin et la plupart du temps, ce qu’elles gagnent est utilisé pour la famille entière (grand-parents et/ou parents, enfants et frères et sœurs parfois encore à charge). À la campagne en tout cas, l’ensemble de la famille vit sous le même toit.

À plusieurs reprises nous avons vu des travailleurs (majoritairement des femmes mais quelques hommes aussi) faire le bitume à la main. Ils retirent les plus gros cailloux, tassent le sol à la main, fabriquent le produit dans d’énormes marmites puis le coulent sur la route et l’étalent avec des bâtons, tout ça sous une chaleur de plomb et le bitume brûlant ! 😓 C’est complément incroyable…

Les hommes, de façon générale, exercent des fonctions en lien avec le tourisme (gestion d’hôtel ou de restaurant, conducteur de tuktuk ou de bus par exemple). Ils peuvent également s’affairer à jouer les inspecteurs des travaux finis, mais plus souvent encore à boire des bières et à chiquer du bétel 😕.

Les choses changent et la mondialisation leur fait prendre conscience que tout ne se passe pas de la même façon dans le monde. Notre guide nous expliquait qu’il était important pour elle de garder certaines traditions et coutumes en grande partie liées au bouddhisme, qui tient une place essentielle dans leur vie et rythme pour une bonne part leur organisation sociétale. Mais que certaines choses devaient changer, en particulier l’importante consommation de drogue et d’alcool perçus comme un véritable fléau pour le pays. Des jeunes femmes comme elles, qui ont la chance de pouvoir atteindre l’Université et de faire des boulots en lien avec le monde extérieur, peuvent faire bouger les lignes (c’était la minute féministe :p).

Album photo

Vous pouvez retrouver l’ensemble de nos photos du Myanmar dans notre section Photos

 

Fichier MapsMe

Pour vous faire gagner du temps dans le repérage, et vous donner quelques inspirations, voilà notre fichier KMZ (à importer directement dans MapsMe) contenant tous nos points d’intérêts évoqués dans nos articles (hôtels, restos, visites, etc…).

3 thoughts on “Bilan : 15 jours au Myanmar

  1. Ces récits de voyage sont un vrai bonheur,,😁 On y est !, que du plaisir 🤣
    Très bonne continuation avec le nouveau break en Thaïlande ( plus connu et un peu moins
    Olé Olé pour la circulation -encore que ! )
    Portez vous bien et Profitez ( première neige pour nous 😕)
    Très gros bisous de nous deux
    Chantal et Jacky

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *